15 clés pour améliorer votre son au violoncelle

, , , , ,
15 clés pour améliorer votre son au violoncelle

Les notes, les positions, la tenue de l’archet, la clé de fa… c’est beaucoup d’informations à mémoriser et à maîtriser.
Mais (malheureusement), ce ne sont pas les seuls aspects du violoncelle sur lesquels il faut se concentrer. En effet, améliorer sa qualité de son est tout aussi important. Vous le savez tout particulièrement s’il vous arrive d’émettre des sons criards et grinçants…

C’est tout à fait normal lorsque l’on débute, mais ça n’empêche pas de se demander “pourquoi mon son est …… ?” (remplissez par ce qui vous désespère dans votre son) et surtout “comment puis-je y remédier ?”

Voici donc 15 points sur lesquels vous pouvez vous pencher pour améliorer votre son au violoncelle

 

Se détendre

1. Baisser et détendre ses épaules

Souvent, on commence à jouer détendu et au bout de quelques minutes (voire secondes…) on est totalement crispé du haut du corps, les épaules levées, le cou rentré, le dos voûté… bref pas les meilleures conditions pour émettre un son libre et plein !
Observez-vous lorsque vous jouez et dès que vous sentez ces tensions, arrêtez-vous, respirez, détendez-vous.
Ensuite, replacez-vous, baissez et détendrez vos épaules avant de jouer à nouveau.
Cela peut amener à faire beaucoup d’interruptions au début. Mais, au fur et à mesure, vous vous habituerez à jouer avec les épaules détendues et ce réflexe prendra le pas sur celui de se crisper.

2. Mettre le poids du corps sur l’archet

Attention, je n’ai pas dit appuyer comme un fou sur l’archet ! Mais bien mettre le poids naturel de l’épaule et du corps sur l’archet.
Le bras droit doit être détendu, ainsi que la main, le coude et l’épaule : ce poids naturel est alors la bonne pression pour avoir un son plein.
Si on force, le son devient crissant et si on ne mets pas assez de poids, on entend la mèche qui frotte et le son n’est pas net.

3. Respirer

Cela peut sembler évident, mais observez-vous : n’avez-vous pas tendance à retenir votre respiration lors des passages difficiles ?
Entre la lecture de la partition, les doigtés, la position, la vitesse de l’archet… on en oublie parfois de respirer !
Avant de jouer, pratiquez des respirations profondes pour bien vous détendre.
Pour penser à respirer, je note sur mes partitions les fins de phrases où il faut faire une mini pause : je m’habitue à bien inspirer à ces endroits.

4. S’échauffer avant de jouer, en particulier les épaules

Vous l’avez compris, une grande partie de la qualité du son, c’est être détendu et souple, en particulier du haut du corps.
J’ai observé que lorsque je joue du violoncelle après une séance de piscine, en particulier où j’ai nagé le dos-crawlé, mon son est bien meilleur !
Je vous conseille donc de vous échauffer avant de vous asseoir pour jouer. Échauffez en particulier votre cou, vos épaules, vos coudes, vos poignets et vos doigts. Si vous ajoutez les hanches, le bas du dos, les genoux et les chevilles, c’est encore mieux, car tout le corps est sollicité pour jouer du violoncelle.

5. Ne pas jouer trop longtemps à la fois

Ce conseil s’applique encore plus si vous débutez, car comme on l’a vu plus haut, on a tendance à se crisper lorsque l’on joue. Du coup, notre qualité de jeu et de son se dégrade, ce qui est frustrant et peu productif.
Quand on commence à être tendu, il vaut mieux faire une pause, se lever, s’étirer et reprendre ensuite.
Ce n’est pas toujours évident selon les emplois du temps de chacun (et le fait que les voisins apprécient moyennement les gammes après 21 h…), mais privilégiez toujours de jouer le plus souvent possible, même peu de temps, plutôt que longtemps une seule fois par semaine. C’est mieux pour le corps, surtout au début, car celui-ci a besoin de s’habituer à cette nouvelle position, mais également pour l’apprentissage.

Jouer 20 à 30 min par jour (ou tous les 2 jours) est beaucoup plus efficace pour progresser sur votre instrument que de jouer 2 ou 3 h une fois par semaine:

  • la position et les gestes sont mémorisés par la répétition fréquente
  • vous n’avez pas eu le temps d’oublier ce que vous avez compris la veille
  • si vous commencez l’apprentissage de la clé de Fa en même temps que l’instrument, ça vous permet d’en lire un peu tous les jours.


L’archet et la main droite

6. Détendre la main droite et poser tous les doigts

Tenir l’archet, c’est juste le maintenir avec le bout des doigts sans qu’il ne s’échappe, mais ce n’est pas le serrer de toutes ses forces.
Veillez également à bien plier les deux phalanges du pouce. Un pouce raide, c’est moins de ressort, plus de pression et donc un son de moins bonne qualité.
On peut aussi avoir tendance à relever des doigts de l’archet : il faut veiller à bien les avoir tous posés, pour bien guider l’archet.

7. La colophane

Trop ou pas assez de colophane, cela a un impact sur le son que nous produisons. Seule l’expérience permet de bien doser, donc faites des essais et patience !
Il faut également penser à nettoyer régulièrement ses cordes de l’excès de colophane qui y reste collé. Passez sur les cordes un chiffon (qui ne sert qu’à ça, car pas question de nettoyer la caisse de son instrument avec un chiffon plein de colophane !!!) à chaque fois après avoir joué, pour ne pas finir avec un gros paquet tout collé. Vous pouvez également nettoyer de temps en temps les cordes avec un peu d’alcool à 90° sur un chiffon. Faites très attention à ne pas faire tomber de goutte ni à toucher la table du violoncelle avec l’alcool, car cela endommagerait le vernis.

8. La vitesse de l’archet

La vitesse de l’archet a un impact important sur la qualité du son, mais elle est étroitement liée au poids appliqué en même temps.
Si on appuie fort avec un archet lent, on va entendre ce son grinçant très désagréable.
Si on ne met pas assez de poids avec un archet rapide, le crin ne va pas agripper suffisamment la corde et le son va être trop léger ou saccadé. Là encore, utiliser le poids du corps et ne pas vouloir appuyer et se crisper.

9. La position et inclinaison de l’archet

Quand on débute le mieux est de commencer en plaçant l’archet bien au centre entre la fin de la touche et le chevalet, et bien perpendiculaire aux cordes (c’est-à-dire bien horizontal), la mèche le plus à plat possible.
Si vous avez la possibilité de jouer devant un miroir, faite l’expérience. On a parfois l’impression de tenir son archet à l’horizontale alors que ce n’est pas le cas, en particulier quand on arrive à la pointe. Surtout que l’angle, et donc la position, change pour chaque corde.
Quand vous arrivez à maintenir cette position en jouant, que votre archet ne fait plus de vagues et que vous ne vous retrouvez pas avec la mèche sur la touche au bout de 2 min, vous pouvez expérimenter les différentes qualités de sons selon que vous jouez :

  • plus ou moins proche du chevalet (il arrive dans certains morceaux que l’on doive jouer sur le chevalet “sul ponticello” ou sur la touche “sul tasto” pour des effets sonores spécifiques)
  • avec la mèche plus ou moins à plat.


La main gauche

10. La pression sur les cordes

Même s’il ne s’agit pas d’appuyer de toutes ses forces avec les doigts de la main gauche, il faut tout de même que la pression soit suffisante. Sinon, le son ne sera pas clair. Plutôt que de penser “j’appuie” penser plutôt “j’utilise la gravité” et le doigt va naturellement “s’enfoncer” dans la corde et appliquer la pression suffisante, sans créer de tension dans la main ni dans les doigts.

11. La synchronisation main gauche et archet

Si vos deux mains ne sont pas tout à fait synchronisées au changement de note, vous produirez des sons qui ne sont pas nets. Vous pouvez travailler cette synchronisation en alternant sur 2 notes uniquement (comme La et Si sur la corde de Sol).


Exercices pour améliorer le son

12. Travailler les cordes à vide

C’est LE premier exercice à travailler au violoncelle. Il vous permettra d’être bien attentif à la position et à l’inclinaison de la mèche comme vu précédemment.
Travaillez d’abord des séries de tirés et poussés (allers-retours) corde par corde, en utilisant bien tout l’archet. C’est souvent aux changements de sens d’archet que l’on se crispe. Donc faites cet exercice en étant détendu et en pensant à baisser les épaules. Vu que la main gauche ne sert pas, vous pouvez la poser sur la caisse du violoncelle, à côté du manche, ce qui vous aidera à détendre les épaules.
Essayez ensuite les changements de cordes : dans un premier temps les cordes qui se suivent (Do>Sol, Sol>Ré, Ré>La) en montant et en descendant. Enfin les cordes qui ne se suivent pas (Do>Ré, Sol>La, Do>La).
Ces exercices peuvent sembler fastidieux et peu intéressants, mais ils vous donneront les bases pour une bonne position et un bon son.

13. Travailler les gammes

Jouer des enchaînements de notes simples et répétitifs, comme les gammes, permet de se concentrer sur la qualité du son. Les doigts de la main gauche vont vite mémoriser les notes, et après quelque temps, on n’a plus besoin d’y penser.
Les gammes majeures de Do et Sol sur 1 puis 2 octaves, sont les plus simples pour commencer, car elles n’ont pas d’extensions et elles ont toutes les 2 le même doigté. C’est l’exercice de base pour régler la bonne distance entre les doigts et donc travailler sa justesse.

14. Mémoriser la partition

Quand on a mémorisé les notes et qu’on n’a plus besoin de les lire, cela permet de se concentrer davantage sur l’archet et sur la qualité du son.
Ce n’est cependant pas évident au début, alors essayez déjà sur une seule phrase d’un morceau que vous travaillez (la phrase du thème par exemple).
Une méthode pour mémoriser une partition est d’apprendre la main gauche comme une chorégraphie de danse : tel doigt, puis tel autre sur telle corde, puis un déplacement… Utiliser la capacité de mémorisation spatiale du cerveau ainsi que la mémoire musculaire, c’est un bonus par rapport au fait de retenir uniquement les notes et la mélodie.

15. Jouer en improvisant

Peu importe si ce n’est pas “joli” ou “élaboré”, mais jouer sans se préoccuper d’une partition permet de se concentrer davantage sur les sons que l’on produit avec son violoncelle et de les améliorer.
Si cela vous intimide, commencez en ne jouant que les notes de la gamme de do, comme ça vous êtes sûr de ne pas faire de fausse note 🙂
Vous pouvez aussi improviser en restant uniquement en première position, pour enlever la difficulté des déplacements.
Testez différents rythmes et vitesses d’archet.

 

Ça fait beaucoup de choses à penser, rien que pour la qualité du son, alors voici une petite astuce :
Je choisis 1 à 3 points maximum que je souhaite travailler pendant une séance, comme “baisser les épaules” ou “penser à respirer” : je les écris sur un post-it que je fais dépasser au-dessus de ma partition, comme ça je le vois tout le temps et je suis fortement incitée à les mettre en application !
Je vous invite à changer de post-it régulièrement, car sinon il finit par faire parti du décor et on ne pense plus à appliqué les excellents conseils qui y sont inscrits…

 

Mon point de vue est qu’il n’y a pas de son moche ou interdit au violoncelle, sachant que le son recherché par un violoncelliste classique est différent de celui recherché par un musicien jazz ou par un violoncelliste de heavy metal (oui, ça existe ! exemple ici). L’objectif est surtout de cerner quand et comment on obtient tel ou tel type de son, afin de pouvoir se servir de toute la palette qu’offre l’instrument si on le souhaite.

Dans tous les cas, c’est la pratique de l’instrument régulière et intentionnelle (c’est-à-dire en analysant les points à corriger et en les travaillant) que votre qualité de son va s’améliorer. Donc patience !

Le son au violoncelle se travaille toute la vie, car il y a toujours des améliorations possibles et de nouveaux sons à découvrir !

Et vous, quels sont vos secrets pour améliorer votre son au violoncelle ?
Quels exercices pratiquez-vous ?
Faites-en nous part dans les commentaires.

 

Bon Violoncelle à tous !

Aurore

1 réponse
  1. Blandeige
    Blandeige dit :

    Merci pour tout ces très bons conseils. En ce moment je travaille sur les nuances forte ou piano. J’ai remarqué que pour jouer piano il faut aller moins vite et être plus aérien. Alors que pour le forte il faut laisser plus de poids sur l’archet et le déplacer plus vite, ça ajoute de la vie , comme une danse.
    Blandeige

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire