5 questions pour débuter le violoncelle

, ,

Ça y est, c’est décidé, car le violoncelle ça me fait envie depuis 1 an, 5 ans, mon enfance.
Au placard tous les a priori que j’ai et que l’on m’a rabâchés, du type : “c’est dur comme instrument”, “si tu n’as pas commencé à 5 ans, tu n’y arriveras jamais”, “c’est faux et moche quand on débute, et on débute longtemps”, “tu n’as pas l’oreille absolue, alors oublie !”.
Et je mets en avant mes motivations : “Mon rêve c’est de jouer “le Cygne” de Saint-Saëns”, “Ces beaux sons graves, ça me fait vibrer”, “Je veux enfin faire un truc juste pour moi” et après tout, c’est en forgeant qu’on devient forgeron, alors je me lance !!!

 

Oui, mais par où je commence ?

Étant passée par cette phase il y a 5 ans, voici les questions que je me suis posées, les choix que j’ai faits et ceux que je vous conseille (pour en connaître davantage sur mes débuts au violoncelle, consultez ma page à propos).

1. Louer ou acheter son violoncelle ?

Louer

Quand j’ai commencé, je ne savais pas si le violoncelle allait me plaire et surtout, si j’allais réussir à en sortir des sons pas trop grinçants. J’ai donc commencé par en louer un pour 1 mois, puis j’ai prolongé à 3 mois, puis 1 an. La location est assez souple, et je trouve que c’est une bonne solution pour se lancer sans s’engager directement dans un achat.
L’avantage est que tout est fourni : le violoncelle, les cordes, l’archet, la colophane, la housse de transport. Et si vous avez un problème avec l’instrument au cours de la location, vous pouvez vous adresser au loueur/luthier.
Comptez entre 25 et 50 € par mois, le tarif étant en général dégressif quand on loue pour plusieurs mois ou 1 an.

Acheter

Acheter son violoncelle lorsque l’on débute me semble complexe, à moins d’être bien conseillé (par un professeur, un ami violoncelliste, un luthier que l’on connaît) ou de déjà pratiquer un instrument du quatuor, comme le violon, pour avoir une idée des questions à se poser pour choisir. Car choisir son violoncelle, c’est un peu comme choisir un partenaire : vous appréciez son physique (mais ce n’est pas le plus important !), les intonations de sa voix, la douceur de sa touche… ; et vous espérez que votre relation durera un bon moment, si ce n’est toute la vie Smile
Et pour bien choisir son âme-sœur, il faut déjà bien se connaître soi-même. C’est donc plus facile de savoir ce que l’on recherche dans un violoncelle quand on en a déjà joué et que l’on en a déjà essayé et entendu plusieurs.

Après avoir loué mon premier violoncelle pendant quelques mois, j’étais en quête d’un violoncelle à acheter. J’avais très envie d’une cinquième corde grave (Fa) pour pouvoir jouer des Walking Bass comme à la contrebasse. J’ai trouvé deux luthiers qui en avaient déjà fabriqués, et l’un d’eux a réalisé le mien à partir d’un instrument chinois non monté qu’il a modifié.

 

Les accessoires

Dans les 2 cas, pensez que vous aurez besoin en plus du violoncelle : d’un archet, de colophane pour l’archet, d’une “planche” (plaque en bois ou patin placé au sol et fixé à la chaise, pour y planter la pique du violoncelle et éviter que celui-ci ne glisse), d’une housse de rangement/transport, d’un pupitre pour poser les partitions, d’un accordeur (il en existe sous forme d’application sur téléphone portable, si vous ne souhaitez pas investir pour le moment).
Un support pour poser le violoncelle quand il est sorti est aussi bien pratique et peut éviter les accidents…


2. Quelle taille ?

Le violoncelle existe en plusieurs tailles : 1/8e, 1/4, 1/2, 3/4, 7/8e, 4/4 ou entier (du plus petit au plus grand). On choisira en fonction de sa propre taille justement. Plus l’instrument est petit et moins il y aura besoin d’écarter les doigts entre 2 notes.

  • Violoncelle 4/4 (entier) : instrument aux dimensions “normales”. Pour les adultes et les enfants suffisamment grands.
  • Violoncelle 7/8e (sept-huitième) : moins commun, il peut être utilisé pour les adultes de petite taille ou avec de petites mains (plus souvent des femmes). Les dimensions un peu réduites par rapport à l’entier permettent d’être plus à l’aise, surtout pour la position des doigts de la main gauche sur la touche. Cependant, on perd un peu en projection de son et donc en volume par rapport à l’entier.
  • Violoncelles 3/4 (trois-quarts), 1/2 (demi), 1/4 (quart), 1/8e (huitième) et même 1/16e (seizième) ! : instruments “miniatures” pour les enfants en fonction de leur taille. L’enfant changera donc d’instrument au fur et à mesure de sa croissance et de son apprentissage du violoncelle.
    Il arrive que certains adultes très petits ou avec de très petites mains et peu d’écart possible entre les doigts choisissent un 3/4. Mais c’est souvent au détriment de la puissance et de la richesse de timbre, encore plus que sur le 7/8e.

Néanmoins, les dimensions ne sont pas toujours identiques d’un violoncelle à l’autre, même dans les entiers. Le mien par exemple, un modèle Montagnana, est très large (pour avoir une belle amplification des basses), d’autres sont plus étroits comme le De Munck.

 


3. Comment choisir son violoncelle ?

Que vous achetiez ou que vous louiez, il faudra choisir votre instrument.
Quand j’ai loué mon premier violoncelle, j’ai pu en essayer plusieurs pour choisir celui qui me convenait le mieux. C’est assez intimidant d’être laissée seule dans une salle avec pleins de violoncelles à sa disposition, de devoir essayer et choisir, alors qu’on ne sait pas du tout en jouer !
C’est pourquoi je vous conseille, si vous en avez la possibilité, de vous faire accompagner pour choisir votre violoncelle : professeur, ami musicien ou non (car un avis extérieur est toujours le bienvenu). Et n’hésitez pas à demander les conseils du loueur/luthier sur place.

Il existe 2 types de violoncelles :

  • le violoncelle baroque : c‘est la forme ancienne du violoncelle. Les cordes sont en boyau, il n’a pas de pique (tige en métal en bas) : le violoncelle se pose sur les mollets. Il se joue avec un archet baroque de forme spécifique, incurvé dans l’autre sens. Certains violoncellistes choisissent cet instrument et se spécialisent dans le répertoire baroque (XVIIes – XVIIIes ; Bach, Vivaldi, Lully, Couperin…).
  • le violoncelle moderne : le plus couramment joué, enseigné, loué et vendu. Conseillé si vous débutez.
    Si vous parlez anglais, Emily Davidson, violoncelliste baroque, explique les différences entre les 2 instruments dans cette vidéo.

À mon sens il y a 5 grandes catégories d’instruments :

  • les instruments d’époque ou instruments anciens : il s’agit d’instruments fabriqués par des luthiers et qui ont un ou plusieurs siècles. Ce sont en général les plus chers ; certains sont de véritables pièces de collection.
  • les instruments modernes dits chinois : ce sont des instruments fabriqués en série, référencés par modèle. Beaucoup sont des instruments d’étude et ils sont souvent vendus avec un archet et une housse. On en trouve à un rapport qualité/prix intéressant. Quelques exemples de marques : Stentor, Cevelli, Gewa, Stagg.
    Un conseil : vérifiez que le filet qui fait le tour de la table du violoncelle est “vrai”, c’est à dire qu’il s’agit d’un filet de bois incrusté et non d’un trait de peinture (le filet permet entre autres d’empêcher une éventuelle fêlure dans le bois de s’étendre).
  • les instruments de luthiers modernes : instruments fabriqués par des luthiers contemporains. Certains sont inspirés de modèles d’époque (forme Stradivari par exemple) et d’autres sont le résultat de recherches de nouvelles formes, de nouvelles finitions… et sont de véritables créations.
  • les violoncelles qui ne sont pas en bois, par exemple entièrement en fibre de carbone.
  • les instruments électriques : comme les guitares électriques, ils ont besoin d’être branchés à un ampli pour en entendre le son.

Les prix peuvent donc varier énormément : de quelques centaines d’euros à plusieurs centaines de milliers !
Pour un instrument d’étude à intermédiaire, comptez entre 600 et 5000 €.
À prix égal, on peut avoir des instruments de bonne et moins bonne qualité (entendez facture de l’instrument, qualité du son…). L’idéal est toujours de l’essayer, car des instruments très similaires en apparence peuvent avoir un son très différent.


4. Un professeur ? Cours particuliers ou collectifs ?

Au début (pendant 1 an 1/2), j’ai essayé d’apprendre le violoncelle seule. Même si cette période m’a appris énormément et m’a permis de faire beaucoup de recherches, et donc de trouver des ressources intéressantes, je ne vous le conseille pas. Il est difficile de tout observer (et de tout savoir !) et de se corriger soi-même ; on est donc plus enclin à prendre de mauvaises habitudes qui demanderont un effort pour être transformées ensuite.

J’ai vraiment décollé dans mon apprentissage quand j’ai pris des cours : j’ai suivi un stage de violoncelle pendant une semaine avec des cours particuliers et des cours d’ensemble à thème (musique du monde et jazz). C’était intensif et très fatigant car la quantité de nouvelles informations à assimiler était phénoménale. Je jouais 5 à 6h par jour : bonjour les mots de tête et les ampoules sur les doigts, car je n’avais pas encore de corne ! Mais ce stage m’a permis de réellement progresser et de mieux savoir quoi travailler.
Depuis je prends des cours, tout en continuant mes recherches et mon travail personnel.

Je vous conseille donc fortement de prendre des cours avec un professeur. Il peut s’agir de cours particuliers ou collectifs. Avantages et inconvénients :

  • Les cours particuliers permettent au professeur d’être 100% attentif à vous, de répondre à toutes vos questions… C’est aussi plus fatigant, car vous n’aurez pas de répit ! Je vous conseille donc de ne pas dépasser 1h de cours pour débuter.
  • Les cours collectifs sont également intéressants car on n’a pas les mêmes points forts et points à améliorer que les autres, donc on profite des explications que le professeur donne à chacun. Par contre, il se peut que le professeur soit moins disponible pour vous s’il y a beaucoup d’élèves. Je pense que des cours avec 2 à 3 élèves d’un niveau équivalent sont optimums.

Je suis actuellement des cours collectifs où nous sommes deux, ce que je trouve parfait. Nous pouvons observer l’autre réaliser l’exercice, nous entraider, décrocher 1 min quand on n’en peut plus, se voir en dehors des cours pour travailler ensemble, et surtout jouer des duos ou des trios avec le professeur, ce que j’adore (quand on prend des cours particuliers, jouer des duos avec son professeur, c’est chouette aussi Smile ).


5. Quelle(s) méthode(s) ?

Je vous conseille pour débuter (et aussi après pour progresser !) de prendre des cours avec un professeur. Celui-ci vous dira quelle(s) méthode(s) vous procurer.

Voici tout de même celles que je trouve intéressantes pour débuter, parmi celles que j’ai testées :

  • Méthode du jeune violoncelliste, L.R. Feuillard, édition Delrieu
    Très complète et je pense incontournable, cette méthode balaye la technique des cordes à vides jusqu’à la position du pouce, en passant les positions 1 à 7 (+1/2). Exercices d’archet, études (avec 2e voix), gammes, tout y est.
    Par contre en tant que débutant, il est compliqué de s’en servir seul passées les premières pages. Avoir un professeur pour expliquer les doigtés, le but des exercices et ce à quoi il faut être attentif est à mon sens indispensable.
  • Méthode de violoncelle débutants, Odile Bourin, éditions Henry Lemoine
    Plutôt orientée enfants, mais il y a les explications de base comme les numéros des doigts et des cordes, la notation clé de fa, des gammes, des bases de solfège distillées dans tout l’ouvrage… Une série de photos au début aborde la bonne tenue du violoncelle et de l’archet.
    Les études sont surtout des comptines, avec presque toujours l’accompagnement. Il y a aussi quelques Schumann, Dotzauer et l’incontournable Ariette de Lully (“Petit air” p50).
  • Cello Time Joggers, Kathy and David Blackwell, Oxford edition
    Celle-ci est aussi destinée aux enfants et elle est en anglais (notation américaine des notes avec les lettres : A = la, B = si, C = do …). On y apprend les notes des cordes à vides (0 : do, sol, ré, la) et de la première position dans pour les doigts 1, 3 et 4 (1 : ré, la, mi, si ; 3 : mi, si, fa#, do#…)
    L’avantage est qu’elle est vendue avec un CD pour jouer les études (petits morceaux sympas) avec l’accompagnement. Les partitions pour piano sont aussi disponibles.
    Il existe le tome 2 “Cello Time Runners”, où sont vues les notes du doigt 2 et des rythmes plus complexes, le tome 3 et un recueil de chansons de Noël.

 

 

J’espère que ces quelques indications vont vous aider pour débuter votre propre histoire d’amour avec ce merveilleux instrument.

Si vous vous posez d’autres questions ou si vous pensez à d’autres points que je n’ai pas développés, n’hésitez pas à me le faire savoir dans les commentaires : je compléterai cet article avec plaisir.

Bon Violoncelle à tous !

Aurore

5 réponses
  1. Lisa
    Lisa dit :

    Super article merci pour toutes ses infos! J’adore le violoncelle et adorerai en jouer mais acheter l’instrument est trop cher ou même le louer revient au même… Bonne chance!

    Répondre
    • Aurore
      Aurore dit :

      Bonjour Lisa,
      Merci pour votre commentaire et vos encouragements !

      C’est la fin de l’année dans les écoles de musique, et ceux qui décident d’arrêter de jouer du violoncelle (ou de monter en gamme) vont chercher à revendre leurs instruments entre maintenant et septembre : donc faites des recherches dans les petites annonces, c’est le bon moment !

      N’hésitez pas à aller questionner des luthiers près de chez vous. Il se peut qu’ils aient justement une bonne affaire, ou qu’ils fassent des locations avec facilité d’achat à la fin du contrat.
      Des professeurs et des écoles de musique pourraient aussi vous donner des bons tuyaux qu’ils ont eux-mêmes trouvés ou venant de leurs élèves.

      Parlez aussi de votre envie dans votre entourage : ça arrive qu’un cousin ou un ami, qui en jouait et qui a arrêté, soit d’accord pour vous prêter son ancien instrument pour débuter.
      Prévoyez quand même un petit tour chez un luthier pour vérifier que tout est en ordre.

      J’espère avoir pu vous aider.
      Aurore

      Répondre
  2. vicarcat95
    vicarcat95 dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour toutes ses infos biens organisées. La question que je me pose avant de commencer et de me lancer avec ce bel instrument est: Est-ce fatiguant physiquement?, car je souffre de syndromes inflammatoires débutants.
    Autrement dit: quelles sont les contraintes physiques, ou les éventuelles pénibilités imposées par l’usage de cet instrument?. Où bien est ce que le plaisir que l’on resent à en jouer nous fait tout oublier par le biais de la libération des endo-morphines, et le pouvoir curatif de certaines sonorité et vibrations.:-)
    amicalement

    Répondre
  3. Maeva SUZANNE
    Maeva SUZANNE dit :

    Bonjour j’ai 19 ans et j’ai toujours voulu faire du violoncelle, maintenant j’ai l’occasion de pouvoir en jouer mais c’est dans une école, je me demandais si l’oreille musical était un indispensable ou pas.

    Merci pour votre article.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire